Bannière Blog

Exposition Alain Sounier à Chantilly

  •    •  
exposition alain sounier

Alain Sounier 

Petit garçon dénicheur, tombé de l’arbre : jambe brisée … à vif.  Allongé trois années, de peur qu’elle ne se brise encore, et encore… Depuis le divan, vision de biais sur la fenêtre du salon, dehors, les bruits du monde évanoui. Corps immobile, vision intérieure… faire resurgir la substance perdue, son image réelle, la transcrire sur le papier avec les  rêves, les fantasmes, dessiner, peindre, créer.

Plus tard, choisir la photographie comme prolongement encore, et encore de son œil et de sa vision magique. Voir l’étoffe du réel dans son cadre, le voir apparaître dans son embrasure, laissant poindre le sujet dans sa double incidence à l’imaginaire et au symbolique. Puis, devenir psychanalyste pour éveiller en sa conscience encore, et encore cette obscure intimité.

Dans le travail d’Alain Sounier, la peinture flirte ostensiblement avec la photographie au point qu’il est impossible de savoir ce qui précède l’une ou l’autre. Si l’histoire d’amour entre ces deux médiums est un sujet en soi, elle a été très souvent contrariée par les critiques. À la naissance de la photographie à la fin du XIXème siècle, des peintres tels que Jean-Auguste-Dominique Ingres et Puvis de Chavannes signent une pétition contre la photographie, effrayés par la capacité que cette dernière a de transcrire le réel. La peinture et la photographie connaissent ainsi à maintes reprises et dans maintes pratiques des oppositions et des jalousies poussant certains à parler de relations passionnelles entre elles.  
Chez Alain Sounier, ces deux techniques se rencontrent au point d’achoppement qu’est leur réconciliation. L’une et l’autre s’unissent pour capter une image quasi insaisissable. A l’inverse d’autres artistes qui utilisent la photographie pour peindre, ici à l’aide de mélanges quasi alchimiques, l’artiste réalise des peintures faites à partir d’eau et d’encres. Ces dernières sont condamnées, par les matériaux utilisés pour les produire, à disparaître au bout de quelques minutes. C’est à cet instant que la photographie intervient pour fixer l’instant. Ce qu’il en reste, c’est un moment vu par l’oeil du photographe, trace du temps encadrée au mur. Ces oeuvres semblent flotter dans un entre monde, à la fois abstrait et figuratif, conscient et inconscient. Le spectateur conserve longtemps après les avoir vus un sentiment d’inquiétante étrangeté ou d’une inquiétante familiarité. Comme si toutes les images produites avaient une histoire très ancienne quasi mythologique et qu’elles provenaient d’une époque enfouie. Ces photographies sont celles d’un avant comme d’un après, elles semblent refléter une durée courte mais éternelle, en somme elles incarnent ce qui est éphémère.

Exposition alain Sounier

Exposition à Chantilly

Du 1er au 28 juin 2019, retrouvez les photographies d’Alain Sounier à L’Éclat de Verre de Chantilly du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 18h30.

Vernissage le 1er juin de 15h à 18h.

L’Éclat de Verre Chantilly

64 rue du Connétable

60500 Chantilly

03 44 57 73 62

 

Déposer un commentaire